Lemonde.fr

POINT DE VUE
Israël, le mur et les Palestiniens, par Eric Marty
LE MONDE | 12.08.03 | 13h03

Etienne balibar et Henri Korn publient, dans Le Monde du 9 août, un long point de vue intitulé "Il faut abattre le mur de l'apartheid en Palestine". La construction d'une barrière provisoire de protection entre Israël et les Territoires palestiniens, dont le destin est celui de l'autonomie nationale, ne va certes pas de soi ; elle est d'ailleurs, en Israël même, l'objet d'intenses débats et de nombreuses critiques, et qui ne viennent pas seulement de quelques "courageuses associations de défense des droits de l'homme", mais de groupes ou d'individus très divers tant, en effet, issus du mouvement de la Paix que venant du Likoud, de groupes de droite ou de gauche.

Il n'est nul besoin d'être courageux pour critiquer cette construction, car Israël est un pays de liberté, et il n'y a nul besoin de défendre les droits de l'homme car, dans son principe comme dans sa réalisation, cette barrière ne remet nullement en cause ces droits. Faut-il rappeler, ce que MM. Balibar et Korn semblent ignorer, que cette initiative revient au Parti travailliste et qu'elle n'a jamais eu qu'une fonction, celle de protéger des vies innocentes de civils des attentats sanglants émanant des milices palestiniennes.

Cette initiative est partie également, à la suite du déclenchement de la seconde Intifada de septembre 2000 et du refus par Arafat et des Palestiniens des offres de paix d'Ehoud Barak, du constat que la paix entre Israéliens et Arabes de Palestine devait peut-être en passer par là et que, au fond, ces derniers ne pourraient peut-être gagner leur autonomie qu'à la condition d'une désolidarisation des territoires respectifs. D'ailleurs, parmi les plus farouches opposants à cette barrière de protection, il y a, bien plus que les pacifistes, les habitants des implantations juives dans les Territoires palestiniens de Judée, de Samarie et de Gaza, qui craignent, à juste titre, que cette barrière ne les isole de la Mère patrie et ne consacre finalement l'indépendance réelle de la Palestine.

On le voit, le scénario véritable de cet événement est bien différent de celui que Balibar et Korn présentent. Si l'on peut, en effet, être opposé à la construction de cette barrière, qui n'est sans doute pas, à elle seule, une solution aux actions fanatiques des milices palestiniennes, si l'on peut également critiquer son tracé qui pose de nombreux problèmes, il est en revanche scandaleux de l'identifier à un système d'apartheid, ou encore d'écrire : "Il n'y a de précédents pour une construction de ce genre que dans l'histoire des régimes totalitaires." On ne fera pas remarquer que M. Balibar, comme militant du Parti communiste, n'a jamais écrit une seule tribune pour dénoncer le mur de Berlin et qu'aujourd'hui même on ne le voit guère, avec son cosignataire, protester avec la même véhémence contre ce véritable mur de la mort qui a condamné à l'exécution capitale les Cubains qui ont voulu fuir un "régime totalitaire".

On dira qu'en effet cette barrière de sécurité est sans équivalent dans le monde démocratique, car aucun Etat démocratique n'est aujourd'hui l'objet d'une volonté de destruction comparable à celle dont Israël est victime, venant d'une armée par définition insaisissable puisqu'elle utilise des hommes ou des femmes conditionnés, fanatisés et prêts à participer par leur propre mort à l'impératif, sans aucune limite, de tuer. De nombreux Etats démocratiques, face à des menaces venant d'armées régulières, n'ont pas hésité à transformer provisoirement leurs frontières en ligne fortifiée de défense, que ce soit la France lors du conflit avec l'Allemagne nazie, ou la Corée du Sud aujourd'hui face à la dictature communiste de la Corée du Nord.

Enfin, même si, en effet, la chose n'est nullement comparable en droit, l'actuelle frontière en principe hermétique entre le Mexique et les Etats-Unis ressemble fort - au moins matériellement - à ce qui va peut-être séparer Israël des Territoires palestiniens.

La critique de la barrière de sécurité émanant de Balibar et Korn n'est pas seulement erronée comme on vient de le voir, elle est perverse, notamment par les manipulations lexicales qui y sont faites et qui sont indignes de quelqu'un qui se prétend philosophe et d'un membre de la prestigieuse Académie des sciences. Qu'on appelle cette barrière de protection "mur de séparation", c'est le droit de nos deux auteurs, mais qu'on accole à cette expression "Security Fence" comme pour faire croire qu'il s'agit de la traduction d'une expression officielle, est pitoyable : M. Balibar et M. Korn croient peut-être que certains lecteurs du Monde ignorent que fence signifie "barrière" et que security ne signifie pas "séparation"...

Comment osent-ils parler de "construction meurtrière" alors que précisément cette construction ne vise qu'à éviter les meurtres dont on a si souvent vu le terrible spectacle depuis la signature des accords d'Oslo ? Mais c'est bien sûr par l'emploi du mot "apartheid" pour qualifier cette "Security Fence" qu'ils transgressent tout respect de la vérité. Le mot apartheid n'a qu'un sens, celui qu'il a pris en Afrique du Sud, de l'exclusion d'une population fondée sur le concept de supériorité raciale, et il suppose l'interdiction de relations sexuelles, l'interdiction faite aux Noirs de vivre dans des quartiers réservés aux Blancs, de prendre les mêmes moyens de transport qu'eux...

Il y a un million et demi de "Palestiniens" qui vivent sur le même sol que les juifs d'Israël et qui ont les mêmes droits politiques qu'eux : relations sexuelles, don de sang et d'organes, mixité ethnique des universités... ; cela dans une société pourtant sous la pression de la haine et de la mort fait qu'il est inadmissible de parler d'apartheid, surtout à partir du territoire français qui ne brille pas par son respect à l'égard des Arabes ou des Noirs qui y vivent. Si cette barrière de sécurité a été construite, ce n'est nullement dans un projet de discrimination raciale, qui est un non-sens en Israël où le cosmopolitisme est une donnée vitale, mais c'est pour ne pas être tué.

Il est possible que cette barrière de protection n'ait pas l'efficacité rêvée contre les meurtriers, il est possible aussi qu'elle provoque de nombreuses nuisances pour les deux peuples, car les protestations israéliennes, répétons-le, manifestent le désir de toujours de cette société de la liberté et sa phobie de l'enfermement. Aujourd'hui, les juifs qui circulent dans les Territoires sont dans un danger de mort permanent et, en ce sens, s'il y a bien une société qui est culturellement prête pour l'apartheid, c'est sans doute davantage, hélas, la société palestinienne, soumise à l'obscurantisme intégriste, à une propagande d'Etat souvent haineuse et à des traditions historiques de domination sur les juifs, que la société israélienne dont l'idéologie égalitaire a accompagné la naissance.

Cette société peut faire des erreurs, mais si la barrière de protection en est peut-être une, je ne suis pas certain qu'il soit facile d'en juger.

par Eric Marty

Eric Marty est professeur de littérature française à Paris-VII et auteur de Bref séjour à Jérusalem (Gallimard, 2003).

ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 13.08.03

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Monde 2003
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Politique de confidentialité du site.
Besoin d'aide ? faq.lemonde.fr